Le comte Phantomhive vous souhaite la bienvenue... Ne soyez pas trop curieux
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Riffel Raffit. Simple majordome... ou pas ! <3 U.C

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Messages : 3
Date d'inscription : 26/05/2011

MessageSujet: Riffel Raffit. Simple majordome... ou pas ! <3 U.C   Ven 27 Mai - 18:52



Riffel Raffit
« C'est fou comme les belles choses se brisent comme d'un rien. »


» Identity Card ;



Identité

Nom : Raffit.
Prénom : Riffel.
Surnom : Riff.
Âge : Un démon n'a pas d'âge.
Sexe : Masculin.
Arme : Armes à feu.
Groupe : Démons.




Avis Globale

Ne comptons pas l'histoire de Riff' avant le pacte qu'il a passé avec son présent et bien aimé maître: Cain Hargreaves. Ce fut après avoir brûlé une maison pour son ancien pactisant qu'il rencontra le comte. Il n'était encore qu'un petit gamin pleurnichard mais depuis, il a bien grandit. Le but de Riff ? Hé bien c'est d'aider son maître à retrouver son père, le Comte Alexis, et de le tuer. Mais il semblerait que Riffel se soit attaché fortement à Cain, et qu'il n'éprouve aucune envie de manger son âme. Ils sont devenus si proche...


Physique

Yeux : Bleus.
Cheveux : Blanc (ou très très blond).
Particularités : C'est un démon.



Caractère

°Calme.
°Patient.
°Attentionné.
°Loyal.
°Cruel. (Avec autres personnes que son maître, cela va de soit. ~ )
°Impassible.
°Méprisant envers tout autre être vivant que Cain et quelques très rares personnes.





I. DESCRIPTION PHYSIQUE



Le démon s'assit légèrement sur une chaise, dans sa petite chambre, face à un miroir accroché au mur. Pour la première fois depuis quelques temps, il chercha à se détailler traits pour traits dans cette petite glace. Il posa une main sur son reflet, une main ayant l'air douce d'une couleur très pâle, dont les doigts ressemblaient beaucoup à ceux d'un homme, un vrais humain. Cinq doigts, tous ici ! Il leva les yeux pour les plonger dans ceux de son reflet. Son regard était d'un magnifique bleu azuré. Étrange pour les démons, normalement ils sont connus pour avoir des yeux qui ressortent comme un beau doré ou un rouge rubis. Mais pas Riffel. Ses yeux étaient bleus, d'un joli bleu certes, mais le bleu est plus destiné à ange, n'est-ce pas ? Il détailla aussi son nez. Un peu grand sur son visage, mais il se trouvait un certain charme; il ressemblait beaucoup à un humain, quand même. Même pas beaucoup... Il y ressemblait vraiment ! Ses cheveux tombaient légèrement au dessus de son front, formant quelques ombres dans ses yeux azurés. Ces belles mèches complètement blanches, ou alors d'un certain point de vu extrêmement blondes ! Il eut un léger sourire et fit ressortir ses dents complètement blanches. Puis, reprenant son air impassible, Riff se leva après avoir passer un doigt sur ses lèvres roses. Il était grand, la taille d'un homme normal à cette époque. Et ses bras semblaient être bien musclés. C'est vrai, Riffel était fort du point de vu d'un humain. Son habits semblait toujours le même. Un costume à queue de pie, noir, dont la chemise était blanche. Tantôt il portait un joli nœud papillon, tantôt il s'agissait d'une belle cravate bien repassée. Dans le miroir, il s'agissait d'une belle cravate. Ses pantalons étaient noirs, et ils semblaient le grandir un peu plus. En vérité, pas mal pour un démon, non ? <3

Mais que diriez-vous de sa forme démoniaque ? Et si nous jouions aux devinettes pour cela ? Ah ah ! Je paris que vous ne trouverez jamais. Cet animal a une belle queue blanche et un peu touffue. Elle est assez longue, et parfois grisâtre. Dans le cas de Riffel, la "créature" est blanche comme la neige, mais elle peut avoir un poile roux et noir également. Deux petites oreilles se dressent sur la tête de la bête toute mignonne que voilà, elles ne sont pas immense, un peu comme celle d'un loup. Ses dents sont acérées même si elle a l'air mignonne, la bête. Et gare aux morsures !! Ca peut faire relativement mal, mes chéris. C'est un animal à quatre pattes et au petit museau pointus recouverts de fines moustaches. Vous avez deviné ? Ah ah ! Vous êtes rusé comme un Renard.


II. DESCRIPTION MORALE



Comment parfaitement savoir ce que Riffel a dans la tête ? Il est u démon, et les démons sont toujours imprévisibles. Autrefois, au service d'ancien maître, il était cruel et, même s'il obéissait aux ordres, il ne pouvait s'empêcher d'être sarcastique et moqueur. Les démons ne se nourrissent que d'âmes, bien évidemment, mais si Riff avait été un être humain, il aurait sans doute était un tueur en série redouté; se qu'il aime c'est la vue du sang et tuer ne lui donne aucun scrupule. Néanmoins, c'était le cas. Imparfait, temps du passé. Un jour, ce démon qui semblait sans pitié, arrogant de surcroit, rencontra la parfaite petite victime naïve qu'il croyait facile à contrôler. Ce ne fut pas le cas bien entendu. Qui aurait un jour pu croire qu'il changerait du tout au tout ? Si vous me l'aviez dit, je vous aurez rit au nez. Riffel devint quelqu'un d'extrêmement calme. Jamais il ne haussait la voix, jamais il ne criait. Et avec le calme vient la patience, bien entendu. S'occuper de Cain Hargreaves n'était pas fait pour des gens dépourvus de ces deux qualités là. Le démon s'en accoutuma au début, plutôt parce qu'il avait hâte de dévorer son âme d'enfant. Mais par la suite, cela devint naturel, comme si Riff avait toujours était ainsi fait. Patient et calme avec son maître, mais aussi pour d'autres choses, ce n'était plus le démon arrogant et moqueur, plus maintenant. Ces deux nouveaux traits de caractères réussirent à rayer complètement les autres et a ajouter à cela un côté attentionné, comme le ferait une mère, pour son maître. En temps que démon, il ne peut pas le trahir, mais s'il avait le choix de s'en aller et de le laisser, il resterait quand même à ses côtés. Étrange n'est-ce pas, qu'un démon s'attache à son maître ? Pourtant c'était le cas, et ça le serait toujours et à jamais. Mais l'ancienne personnalité agressive de Riffel n'a pas entièrement disparue pour autant. Il lui arrive d'être extrêmement cruel avec d'autres personnes autres que son maître et sa petite sœur et il méprise les autres humains. En tant que majordome, il apprit aussi à rester impassible lorsque des invités arrivaient au manoir. En "homme" poli en tout et en tout. Il n'éprouve aucune envie de manger l'âme de son maître.


III. L'HISTOIRE





FRANCE : PARIS ~ 1815


La fumée aurait pu toucher le ciel; elle allait le toucher ? Non, c'était impossible. Le feu de l'enfer ne toucherait pas le paradis, pas aujourd'hui en tout cas. La veste de l'homme fut balayer par un souffle chaud venant de la maison qu'il venait de réduire en cendre. Ca avait été si simple ! Un véritable jeu d'enfant. Il ne lui restait plus qu'à partir en quête d'autres aventures, maintenant. Il entendit les cris des voisins retentirent dans la nuit. Un large sourire étira les lèvres de l'homme, plongé dans la pénombre. Il déposa son chapeau sur sa tête aux cheveux blancs, se redressa, et s'en alla doucement. Oh, il n'était guère pressé. Avant de disparaitre dans la nuit, il prit le bras de quelqu'un caché dans les broussailles. De loin, la silhouette semblait masculine; c'était le cas. Il s'agissait bien d'un deuxième homme. Le premier, celui qui portait un chapeau, regardait son pauvre compagnon trembler de tous ses membres sans le moindre signe de compassion. Il lui servit un sourire carnassier. L'autre était sur le point de chialer, une vraie mauviette visiblement. Il frappa fermement la poitrine de celui qui le tenait pas le bras, bien qu'il semblait avoir peur de ses propres gestes.

-T'as brûlé toute la maison !! C'était censé n'être que mon f...

L'homme posa une main sur sa bouche pour le faire taire en continuant de sourire. Il l'entraîna plus loin, le traînant à moitié sur le sol pour le faire avancer. L'autre suivait tant bien que mal, tantôt il se laissait traîner sur le sol, tantôt il trottinait pour garder l'allure. L'homme au chapeau s'arrêta au bout d'un moment, quand il jugea s'être assez éloigner. Ils étaient près de la Cathédrale de Notre-Dame et quelques gouttes de pluies se mirent à tomber sur le sol. Il découvrit la bouche de son compagnon et prit la parole avant qu'il ne puisse dire quoi que se soit:

-Le contrat stipulait: "Je souhaites la mort de mon frère, accomplie mon souhait en échange de mon âme". De plus, vous m'avez donné l'ordre de tuer votre frère, mais vous n'avez donné aucune précision.

Le visage de l'autre homme se changea en un masque d'effroi. L'homme au chapeau l'enveloppa de sa longue cape de voyage et ils disparurent tout deux, à une grande vitesse, à travers les rues de Paris en cette triste soirée du mois de Novembre. Seul un chapeau resta sur le sol, devant la cathédrale de Notre-Dame, retrouvé par quelques passants qui le gardèrent comme une jolie petite chose à se mettre sur la tête. Qui savait se qu'il s'était passé ici ? Le démon avait emporté sa proie pour arracher son âme, après avoir brûlé une maison, sans que personne ne se doute de rien. La vie continuait, le monde tournait encore. Ainsi va la vie. Et le démon cherchait une nouvelle proie...

ANGLETERRE: LONDRES ~ XIX ème Siècle.

La nuit était tombée sur Londres. Les maisons étaient plongées dans la pénombre. Un peu à l'écart de la ville, là où se trouvaient en général les manoirs des comtes et autres nobles, un homme enveloppé dans une longue cape de voyage se promenait. Il furetait un peu de toute part, mais la nuit, il n'y avait visiblement aucun signe de vie à l'écart de la ville. Mais il voulait trouver une proie certaine et facile a avoir. Un petit sourire se dessina sur les lèvres du visage du démon. Alors qu'il passait devant un grand manoir certainement endormi, il crut entendre des bruits en provenance du jardin. Ses yeux bleus glissèrent sur le côté et son corps suivit le mouvement. Il ne savait pas se qu'il se passait, mais en cas de doute, rien ne coûtait de vérifier. Il se faufila habilement, comme une ombre, dans le domaine et s'avança entre les arbres. Il faisait chaud en cette nuit du mois de Juin, et un petit vent frais vint décoiffer les cheveux blancs du démon. Il jeta un coup d'œil à l'endroit d'où provenait ce bruit et fut surpris d'y voir un petit garçon agenouillé, creusant la terre. Un enfant ? L'homme dans la cape de voyage fit quelques pas dans sa direction. Le petit dû certainement l'entendre car il tourna la tête vers lui. Ses petits yeux étaient remplis de larmes. Pitoyables humains. Le démon ne fit aucun geste, il resta immobile comme une statut. L'enfant ne semblait pas avoir peur de lui, il était plutôt intrigué que quelqu'un entre dans le manoir à cette heure tardive.

-Qui es-tu ?

Un sourire se dessina sur les lèvres du démon. Avec un enfant, se qu'il fallait, c'était d'abord et avant tout établir un contacte de confiance. Mais il sentait que l'âme de ce petit n'était pas en paix, il avait quelque chose... Il semblait ne pas être aussi pure que tout enfant de cet âge. Mais ça ne semblait pas être de sa faute. Intrigué, le démon fit un pas en avant et se présenta calmement:

-Je n'ai pas de nom. Je n'en aurais un que si tu m'en donnes un.
-Je n'ai pas d'idée, le petit haussa les épaules et s'avança vers lui pour le regarder d'en bas, que fais-tu là ?
-Je ne sais pas. Que veux-tu que je vienne faire ici ?
-Tu n'es donc personne ?
-... C'est ça. Je ne suis personne.

Le démon jouait avec les phrases du petit. Il était étrange ce gamin. Il ne devait pas avoir plus de 9 ou 10 ans, non ? Que la vie d'un humain est courte. Mais celle d'un démon est peut-être bien trop longue. L'homme dans sa cape de voyage sourit au petit. Il n'avait pourtant rien de rassurant, ce sourire. Mais l'enfant s'approcha quand même. Il n'avait pas peur ? Et que faisait-il dans le jardin à cette heure ce petit ? Il était un simple domestique ou peut-être le fils du maître des lieux ? Le démon décida d'assouvir sa curiosité:

-Et toi, qui es-tu et que fais-tu dehors à cette heure?
-Mon petit oiseau est mort, je l'enterre. Et je suis le fils du Comte Hargreaves, Cain.

Cain ? Ce nom disait quelque chose au démon. Ah oui, bien entendu, il s'agissait du premier assassin de l'humanité, dans la bible. Étrange qu'un enfant porte ce nom, tous les comtes sont soucieux en général d'avoir des enfants bien vus. Il était donc le fils du noble qui habitait ici ? Hum... Pas très intéressant ce petit détail. Les nobles n'ont souvent aucune histoire. Mais le prénom qu'il portait intriguait le démon qui se pencha vers Cain. Il avait des soucis, ce petit, et il allait y remédier. Une proie facile, un enfant. Ahah ! Aucun risque que quelque chose se passe de travers. Il chuchota à son oreille:

-Tu as l'air d'avoir bien des soucis, Cain. Tu sais, je ne suis personne, mais je peux être quelqu'un, qui tu voudras, pour toi. Je pourrais obéir au moindre de tes ordres, si tu me les donne. Parce que vois-tu, je suis un démon.

Ce dernier mot aurait sans doute fait partir n'importe quel enfant en courant, mais ce ne fut pas le cas, étrangement. Le petit resta immobile. Il lui tendit même sa main. Aucune expression particulière ne traversait son visage. Soudain, le démon remarqua quelque chose qu'il aurait dû faire plus tôt. Ses yeux ! Ils n'avaient pas la couleur normale de ceux des humains; ils étaient dorés comme ceux d'un chat ! L'homme aux cheveux blancs leva un sourcil de surprise. Mais il ne s'attarda pas sur ce détail. Il saisit le main que le petit lui avait tendu. Cain demanda alors:

-Que faut-il faire pour que tu fasses se que je veux ?
-C'est simple, il te suffit de passer un pacte avec moi, que veux-tu exactement, quels sont tes conditions, et quel nom aurais-je pour toi ?
-Mon père me déteste, je veux qu'il meurt.
-Es-tu d'accord que si je fais ce que tu souhaites, ton âme m'appartiendra et je la dévorerai ?
-Oui, mais tu n'auras pas le droit de me tuer avant que se que je veux soit fait ! Alors, j'accepte ton pacte. . . Riffel !

Riffel... Le démon eut un grand sourire. Un jeu d'enfant, encore une fois. Tout cela était tellement facile ! Une marque apparue lentement sur le dos de la main de Riffel. Elle était ronde, et l'étoile qui se trouvait à l'intérieur grise dont les côtés étaient épais.( http://darkdreams.d.a.pic.centerblog.net/o/346c1325.jpg ) Le démon eut un sourire et le petit garçon s'effondra soudain dans ses bras. Riffel le soutint. Hé bien ! Fragile comme enfant. Il ne lui restait qu'à trouver le père et l'éliminer. Le démon transporta le petit jusqu'au manoir. Il ne savait pas où était la chambre de son nouveau maître, et il se doutait que la porte devait être verrouillée. Il commença donc à monter sur la façade du manoir. Ce n'était pas très évident avec Cain sur les épaules. Il finit par arriver près d'une fenêtre ouverte et il se glissa à l'intérieur. Riffel alluma une bougie et déposa l'enfant sur le lit vide. Il était tombé juste, apparemment. Lorsqu'il retira sa main de derrière le dos de Cain, il découvrit qu'elle était couverte de sang. Intrigué, le démon retourna doucement le petit pour découvrir de multiples cicatrices dans son dos. Riffel fronça les sourcils, comment s'était il fait ça, on dirait qu'il s'était fait fouetté et à plusieurs reprises puisqu'il y en avait des fraiches et des anciennes. Avant de tuer le Comte de la demeure, le démon, un peu curieux, décida de comprendre leur provenance avant d'accomplir son devoir. Il se présenterait le lendemain comme un nouveau domestique. Il vérifia que le tatouage du pacte était bien incrusté dans le bas du dos de Cain et disparut comme une ombre.

Le soleil se levait doucement sur Londres; un peu à l'écart de la ville, le manoir Hargreaves commençait à être en activité. Un homme, habillé simplement d'une chemise blanche, d'un pantalon noir et de bottes un peu usées, se présentait à la porte du manoir afin d'être embauché comme domestique. Le Comte Alexis, qui le recevait en personne car il avait du temps à perdre avec le majordome de la maison et son fils, Cain, hésitait. Son fils semblait vouloir de lui dans le manoir, alors il accepta, et l'employa comme le domestique de son fils puisque ce dernier voulait tant de cet homme ici. Le démon ne pouvait pas rêver mieux ! Avant de s'en aller de la pièce il détailla une dernière fois sa futur victime. Des lunettes carrées brillaient devant ses yeux sombre et quelques mèches noirs tombaient sur son front. Il ressemblait un peu à son fils, physiquement. Mais il avait l'air de quelqu'un de vicieux. Le nouveau domestique sortit de la pièce en suivant Cain. Ce dernier semblait avoir meilleur mine que le soir précédent où il avait enterré son oiseau mort. Il était tout de même encore très palot. Riffel l'accompagna jusque dans sa chambre et il lui servit un thé en lui proposant un sucre, Cain secoua la tête. Le démon ne savait pas trop comment aborder le sujet des cicatrices dans son dos. Mais il n'allait pas tarder à savoir. Au bout de quelques jours, Cain le conduisit dans une salle sous le Manoir. La salle contentait diverses étagères de poisons. Riffel ouvrit de grands yeux. Une véritable mine d'or, dit donc ! Le démon se pencha vers la photo d'une femme aux magnifiques cheveux noirs. Elle ressemblait beaucoup à Cain ! Ce dernier prit la photo, il semblait beaucoup aimer cette femme vu son regard:

-C'est ma tante, Augusta. Je l'ai vu une fois à l'hôpital, elle est devenue un peu folle. Autrefois ses cheveux étaient d'un noir magnifique, mais ils sont devenu tout blanc. C'est la première a m'avoir serré dans ses bras, j'ai eu l'impression qu'elle était ma mère.

Riffel, contre toute attente, était très intéressé et même un peu mélancolique par se que lui racontait Cain. Le comte Alexis débarqua soudainement dans la salle l'air mécontent. Il tenait quelque chose dans sa main, le domestique ne pu pas trop l'identifier tout de suite.

-Cain ! Je t'avais dit de ne jamais aller dans cette salle ! Et toi, Riffel, n'ai-tu pas censé le surveiller ?!

Il leva la chose qu'il tenait dans ses mains. Riffel l'identifia comme un fouet. Il arriva en plein sur son visage. Le démon ne broncha pas, la plaie se refermait d'elle même, il le savait. Cain se plaça néanmoins devant lui. Surpris, le domestique le regarda recevoir le coup de fouet sur son bras. Pourquoi avait-il fait cela alors qu'il savait très bien qu'il était un démon ? Alexis abaissa son fouet.

-Ne touche pas à mon serviteur !
-Hum... Très bien, je te choisis donc à sa place.

Le Comte Alexis prit Cain par le bras et l'entraîna hors de la salle. Riffel les suivit, trouvant l'enfant bien idiot. Il le savait pourtant qu'il était un démon, non ? Quelle bêtise, tout de même ! Le comte amena son fils dans une pièce et il ordonna à Riffel de refermer la porte et à Cain d'enlever sa chemise. Il le fouetta alors dans le dos. Alors c'était de là que venaient toutes ses cicatrices ! Riffel était très surpris. Voilà pourquoi il voulait la mort de son père ! Pas étonnant, vu comment il se faisait maltraiter. Alexis disait même qu'il ne faisait pas cela par plaisir mais, une fois cette mascarade finit, le démon aperçut le petit sourire satisfait d'Alexis qui mettait sa pipe en bouche. Le domestique aida Cain à rentrer dans sa chambre et appliqua de la crème sur son dos pour le soulager un peu de ses blessures.

-Il faut que je la revois, Riff !
-Qui donc, Monsieur ?
-Ma tante... Je veux tellement qu'elle me sert à nouveau dans ses bras.

Des larmes roulèrent sur les joues de son pauvre maître et Riffel referma ses bras autour de lui.

-Vous n'avez qu'à me l'ordonner, Monsieur.

C'est ainsi que Riff conduisit son maître jusqu'à l'hôpital où était sa tante. Il l'attendit en bas, et ne sut donc pas vraiment se qu'il se passa lorsque Cain parla à sa tante. Mais en tout cas, celle-ci sauta par la fenêtre. La vitre se brisa sous elle et elle s'écrasa sur le sol, comme une petite poupée fragile. Riffel apprit de son maître qu'il était né de l'inceste d'Alexis et sa tante Augusta qui était donc, en réalité, sa mère. Le démon éprouvait de plus en plus d'affection pour ce jeune homme. Il lui arrivait malheur sur malheur au pauvre... Riff aurait bien donné plus pour l'aider à sourire. Il semblait déterminer à tuer son père le jour même. Riffel hocha doucement la tête et ils rentrèrent au manoir où ils établirent un plan. Le comte Alexis serait certainement en colère contre Cain d'apprendre la mort de sa sœur, il tenterait sans doute quelque chose pour le tuer.

Riffel observa tout se qu'il se passait dans la pièce où Alexis avait convoquait son fils. Il vit son maître s'effondrer sur le sol après avoir fait semblant de boire un peu de poison que contenait le thé que lui avait offert le comte, et il vit également le sourire satisfait d'Alexis qui fumait sa pipe. Bingo ! Comme prévu, il portait sa pipe à sa bouche. Riffel observa alors la scène, il vit Cain se relever et c'est là que le démon fit son entrée. Le pistolet d'Alexis se pointa en direction de sa tête:

-Tu vas voir se que ça fait de perdre un être cher !

Le démon eut un grand sourire lorsque Alexis lâcha son arme et qu'un peu de sang dégoulina de ses lèvres. Cain lui annonça alors qu'il avait empoisonné sa pipe, sachant qu'il la mettait toujours en bouche après l'avoir fouetté. Alexis lança un regard furibond à son fils, il s'avança jusqu'au balcon et, le menton dégoulinant de sang, cracha:

-Personne ne t'aimeras jamais... Et tu mourras seul et abandonné... N'oublie pas cela !! "Cain" ... Premier assassin de l'histoire de l'humanité ! Il n'est pas question que je te laisse me tuer !! REGARDE !

Sans doute pour ne pas mourir des mains de son fils, le comte sauta du balcon dans le vide. Riffel accompagna son maître jusque là, entendant bien entendu les paroles de son père qui maudissait son fils. Un flot de larmes se déversa sur les joues de Cain que Riffel serra dans ses bras.

-Je... je n'ai pas peur d'être seul parce que je l'ai toujours été. Je ne pleurerai plus. Ces larmes seront mes dernières !
-Je... Laissez moi vous servir, My Lord. Je resterais toujours à vos côtés... c'est ce que je désirs ! J'espère que vous n'aurez plus à connaître la peine...

Le temps s'écoula... Le comte Ayant disparu, Lord Cain devint le comte en titre peu après. Comme les plaies de son coeur, les cicatrices de son dos n'ont toujours pas disparues... Mais...

-Cain !! Mon frère ! Regarde, je t'ai tressé une couronne de fleurs !
-Humm... Qu'est-ce que les filles peuvent bien trouver d'intéressant à ça ?

Maintenant que la jeune sœur de Lord Cain, Maryweather, est arrivée ici, la maison a retrouvée un peu de sa lumière.

-Ah ! Dis, Riff ! Riff !
-Oui, mademoiselle ?
-Ets-ce que tu veux que je te tire les cartes ? Mes prédictions sont très justes !! Je faisais ça avant pour manger !
-C'est inutile ! Je sais que mon destin est de rester avec Lord Cain.

Riffel fit un grand sourire à Maryweather qui chuchota quelques mots à son oreilles, lui disant que son frère avait beaucoup de chance. Et elle s'en alla en courant et en riant. Quelle gaieté celle-là. Le démon, qui tenait un plateau d'argent dans ses mains, se demandait comment il en était arrivé à s'attacher ainsi à son maître, mais il ne comptait absolument plus manger son âme désormais. Une carte tomba de la poche de la robe de Mary et voleta aux pieds de Riff.

-Mademoiselle Mary, vous avez fait tomber une carte...

Riffel la ramassa et la regarda. Une carte de tarot. Il ne sut pas pourquoi mais il eut un très mauvais pressentiment. Il tourna la tête vers Maryweather et Lord Cain et regarda un petit moment Mary essayer de placer sa couronne de fleur sur la tête de son frère qui tentait de la repousser.

Si seulement tout pouvait continuer ainsi
...
Pour toujours...
Comme si la peine n'existait pas...



V. DERRIÈRE L'ECRAN

Prénom: Vous le connaissez.
Age: 15 ans (Presque ! o/)i.
Niveau de RP: Correct.
Comment avez-vous connu le forum? Par l'opération du Saint Esprit.
Comment trouvez-vous le forum ? J'aime, évidemment. Rolling Eyes
Remarques:Nop.
Code: Ok By Mello.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mello
Chocolativore
avatar

Messages : 228
Date d'inscription : 14/08/2010
Age : 22
Localisation : Localisation ? Mais je suis où j'veux mon p'tit gars.

Feuille de personnage
Vos Relations:

MessageSujet: Re: Riffel Raffit. Simple majordome... ou pas ! <3 U.C   Dim 29 Mai - 18:01

    Je dois de plus en plus valider de présentation. Cependant, ça ne me prend que le temps de les lire. Je vous en supplie, seigneur, faites que cette vague de membre aux fiches de présentations parfaites continues à jamais au sein de ce forum. Amen.


    Pfff... Même pas drôle.
    Au fait, bienvenue, bon RP et bon séjour ici ! Wink

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blackbutler-rpg.forumzarbi.com


Messages : 3
Date d'inscription : 26/05/2011

MessageSujet: Re: Riffel Raffit. Simple majordome... ou pas ! <3 U.C   Dim 29 Mai - 19:53

Merciiii Mello ! :3

Je validerais bientôt quelques fiches si tu veux. xD (C'est Sebastian qui te parle ! -sbaf- )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Riffel Raffit. Simple majordome... ou pas ! <3 U.C   

Revenir en haut Aller en bas
 

Riffel Raffit. Simple majordome... ou pas ! <3 U.C

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Alexander Hurata, un simple majordome...Peut-être sans histoires ? [En cour]
» AVIS DE RECHERCHE !!!!! LE PASSE SIMPLE AU PASSE COMPOSE !
» La Dernière Maison Simple (carte)
» Simple Plan
» Crumble simple.
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kuroshitsuji RPG :: › Welcome to the crazy world of small rabbits. ~ HRP :: « PRESENTE-TOI » :: Fiches validées-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit