Le comte Phantomhive vous souhaite la bienvenue... Ne soyez pas trop curieux
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Deux shinigamis : coïncidence?] (PV :Nate River et Yume Niru)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Messages : 186
Date d'inscription : 21/05/2011
Localisation : dans l'ombre.

Feuille de personnage
Vos Relations:

MessageSujet: [Deux shinigamis : coïncidence?] (PV :Nate River et Yume Niru)   Dim 21 Aoû - 21:11

Nathan, son sabre à la main, regardait d’un air évasif, les tombes passer sous ses yeux. C’est à peine s’il savait qu’il se trouvait à présent dans un cimetière. Il longeait les rangés de tombes, toutes différentes les unes des autres, lisant les noms inscrit dessus, les oubliant aussitôt. Elisabeth Wilson, Madison Mcadams, Joseph Lewitt, Nicholas Thompson…. Tous ces noms qui, autrefois appartenaient à des âmes et qui ne sont plus que des lettres vides, sur une pierre. Un petit sourire sombre apparut sur le visage illuminé de Nate. Ses yeux, caché par ses mèches blanches, restait, eux aussi sombres. Les noms, encore et encore, défilait, les dates, les fleurs…. Tout cet assortiment qui inspirait la mort, Nate adorait. Etait-ce parce qu’il était shinigamis ou bien à cause de son esprit tordu et torturé par son âmes de sadique ? Un peu des deux sans doute.
Peu de shinigamis se promenait dans les rues de Londres après leurs services. A vraie dire, mis à part ce bon à rien de Grell Sutcliff, il n’en avait que deux ou trois depuis le début de sa longue carrière. Les humains. Ce monde était envahi par les humains, partout où allait Nate, Il y en avait. Il n’avait croisé rien d’autre dans les rues de Londres et jamais n’avait-il aperçut de démons, excepté la fois où il avait suivi Grell.
Nate fît la moue. Se battre contre un démon, ce serait génial, le rêve. Encore fallait-il le trouver ce satané démon, comme s’il avait tous disparu après l’incendie de Londres.
Puis il avait croisé un ange.
La seule.
L’ange qu’il avait vu pour la première fois à Hyde Park et qui occuperait son esprit pour le reste de sa vie. Cet ange-là. Perdu dans ses pensées, Nate continua lentement son chemin à travers les pierres tombales.
Puis s’arrêta net. Le nom qui était inscrit devant lui, Nate le connaissait.
Elisabeth Standford.
Oui, ce nom. Il résonnait dans sa tête. Nate se mit à réfléchir.

* Je n’arrive pas à mettre la main dessus, mais à qui appartient-il ?*

Nate songea à déterrer le corps pour voir le visage. A cette pensé, il ricana ! Ce serait amusant. Il faudrait aller chercher une pelle chez Undertaker. Il s’accroupi, comme pour sonder la terre, posant une main sur le sol. Il dégaina son sabre et l’enfoui sous terre pour voir à quel profondeur était le corps. Apparemment, profondément. Quel dommage.
Toujours avec le sourire, Nate se releva, rangea son katana et se concentra sur le nom de cette défunte jeune fille.

_________________
« Sais-tu où est le véritable enfer ?
Dans ma tête. »


Spoiler:
 




Aimer un mortel, c'est aimer jusqu’à la mort.
Aimer un ange, c'est aimer à jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 45
Date d'inscription : 11/08/2011
Age : 21
Localisation : Retourne toi.

MessageSujet: Re :    Lun 22 Aoû - 14:25

Quoi de mieux que de se repentir devant la tombe d’un défunt homme à qui l’on a retiré la vie ? Quoi de plus plaisant que de rire aux bons souvenirs que me rappelle ce meurtre ? Quoi de plus amusant que les souvenirs d’un combat rapide, mais douloureux pour ma victime ? Quoi de plus effrayant qu’un petit garçon souriant en marchant là où avait été enterré ce pauvre homme ?

Je sortais de mon travail, le baume au cœur, la journée s’était si bien passé que je regrettais presque qu’elle soit terminée. On m’avait assigné, en tant que Shinigami, à me lancer chercher plus d’une dizaine d’âmes ce jour-là. Il me semble que ces nombreux morts avaient été torturés par quelques démons, envieux de protéger leurs maîtres. Mais cela m’importait peu. J’en ai encore le sourire aux lèvres quant à la dernière âme que j’avais amassé ce jour-là. Monsieur le Comte Chivalry s’en était , malencontreusement, pris à la mauvaise personne en disputant une jeune fille aux yeux innocents, mais qui avait, derrière elle, telle son ombre, un démon acharné qui n’acceptait aucune insolence envers sa maîtresse. Une blessure mortelle lui avait alors orné ses grasses hanches. Je ravalais un petit rire en me rappelant son expression de dégoût et d’injustice en me voyant arriver, comprenant de suite qui j’étais, suite à mon déguisement noir propre à la mort elle-même, choisit avec soin. Il m’avait lancé plusieurs insultes puis, dans un dernier élan, avait accompagné ses reproches d’une cuillère d’argent avec lequel il s’était amusé à me frapper. Une dizaine de coups plus tard, il s’était laissé tomber d’épuisement. J’avais suivi sa vie rapidement en l’embrochant au niveau du cou. Je crois bien que c’est la seule victime dont je ne peux me rappeler l’histoire, tant j’avais des larmes de rire qui m’avaient brouillé la vue. Que diable y pouvais-je ? Les problèmes des humains sont si ridicules, si hilarants.

Je sortais peu à peu de mes pensées, offrant à mes yeux le plaisir d’apprécier le spectacle qu’offrait le cimetière. Bien que la lune ne soit pas encore très haute et que les derniers feux du soleil apparaissaient encore derrière une petite colline, le décor funéraire était sombre et délicieusement effrayant. Notre croque mort et vaillant Shinigami, Undertaker, avait un goût poussé pour tous les petits détails qui rendait l’ensemble si obscur. Quelques tombes, pourtant neuves et abritant des cadavres encore frais, retombaient sur le côté sans pour autant donner une impression de désordre. Sur quelques pierres tombales, encore droites, trônait du lierre joliment accroché contre la matière froide. Notons que c’est à cette période-là de l’année que son décor est le plus beau à regarder. Non seulement l’obscurité de la chose était magnifique, mais la brume blanche qui me cachait jusqu’aux chevilles en engloutissant ainsi les fleurs inutiles qu’avaient posées les proches aux côtés de leurs parents rendaient le sujet encore plus inquiétant. Cet endroit m’étais si familier et agréable que j’en oubliais d’être sur mes gardes. Ce n’est que quand le violet du soleil disparu entièrement qu’un mouvement discret quelques pierres plus loin me fit vivement tourner la tête. Je me baissais alors, contemplant la présence d’un œil mauvais, quel humain oserait-il se rendre ici, à cette heure si inquiétante et tardive ? Qui donc avait osé rendre mon temps calme moins reposant ?

Un homme, à la chemise claire et ballante, voyageait entre les tombes avant de s’arrêter devant un nom qui semblait l’amuser. Curieux, mais discret, je m’avançais de façon à voir la couleur de ses yeux et quelques détails croustillants quant à son accoutrement. Hélas, seule la propreté de ses chausses sombres et un bouton d’une couleur peu anodine à côté des autres m’alerta. Peut-être que la couleur de ses cheveux blancs m’étonna quelque peu puisque la jeunesse qu’on pouvait lire sur son visage était irréversible. Bien qu’il soit plus vieux que ma propre personne, d’apparence, il ne méritait pas plus que moi cette chevelure si claire et si voyante à la lumière de la lune. Ses prunelles vertes m’annoncèrent qu’en aucun cas il pouvait se prétendre démon. L’épée au dessin fin qu’il dénicha de ses bas me fit sursauter. Je repoussais l’hypothèse sur le fait qu’il puisse être humain. De toutes manières, un pauvre mortel ne se serait pas engagé dans un tel cimetière pour rire des défunts. Je frissonnais en voyant soudainement ma propre personne dans les gestes de l’inconnu. Sans bruit, je m’assis derrière une pierre tombale qui fut assez grande pour que je puisse m’y cacher quelques minutes.

Ça ne pouvait être un Shinigami, ses vêtements étaient bien trop banals. À moins qu’il jouait la comédie, tout comme moi. Je sentais un frison de jalousie me parcourir l’échine. Savoir que je pouvais avoir une quelconque concurrence de ce côté-là m’horripilait. J’avais réussi à me faire à Greil, roi de la comédie, mais je n’aspirais qu’à une petite rage au fond de moi qui me rappelais mon immaturité d’antan. Effrayé par moi-même, je me calmais alors et songeai à me montrer, par pure curiosité, devant l’inconnu. Cependant, avant de me lancer dans ce qui pouvait être un danger quelconque, je prenais soin de prendre garde à mes vêtements. Comme à mon habitude, après le travail, j’étais revêtu d’un grand châle aux couleurs sombres, mais multiples. Il me donnait bien trop de volume aux muscles pour me montrer ainsi. Je me devais de garder un personnage svelte et maladroit. Je n’avais donc pas le choix. Sans plus attendre et le plus discrètement possible, je remplissais mon pantalon brun et court de la moitié de mon châle, ainsi j’avais plus l’air d’un paysan qu’à un Shinigami. Je m’ébouriffais les cheveux et y plaçai rapidement quelques herbes. De la terre sur les genoux et les chausses et le tour était joué.

Ni vu ni connu, sans la moindre appréhension, je refis le tour du cimetière en peinant pour rester invisible. Il n’y avait ici qu’un seul saule pleureur tordu au milieu. Ce serait peine perdue de tenter de l’atteindre. C’est avec soin que j’entrepris une descente vers l’entrée du cimetière. Ce n’est qu’à cet endroit que je m’autorisais à faire autant de bruits que possible. Je me mis à courir, le visage faussement apeuré et les jambes dansant d’un air maladroit vers l’homme aux habits clairs. Arrivé à lui, je m’affalais volontairement sur le sol, devant la pierre qu’il fixait avec tant d’attention. L’impression de loque que je donnais servirait, pour la suite, à ce qu’il n’ai rien n’a craindre de moi. La respiration haletante et le corps tremblant, je me levais et m’accrochait à sa chemise. À mon plus grand désarroi, il était plus grand que je ne l’aurais cru, je ne montrais cependant pour sentiments qu’une peur feinte. Appuyant de mon autre main sur son bras qui tenait le katana, je l’empêchais ainsi de dégainer sans que je fus prévenu. Mais je pense qu’il savait ô combien sa force était plus grande que la mienne pour se dégager de ma prise. Dans cette position-ci la seule chose qui me porta défaut fut mon œil aveugle, de ce côté-là je ne pouvais plus distinguer les mouvements de son autre bras, libre. Malgré ce danger minime, je me lançais dans un discours effrayé qui, j’espérais, aller lancer une conversation qui pourrait m’emmener à savoir qui donc pouvait-il être.

« Monsieur… Monsieur ! Je vous en prie, aidez- moi… Maman… Papa… Un homme aux couleurs rouges les as tués ! Je vous l’jure !.... S’il vous plait, aidez- moi ! Qui que vous soyez ! »

Je m’étais efforcé de prendre un langage ni trop rustre, ni trop fin pour qu’il aille parfaitement à un enfant tentant de se montrer poli. Je ne m’attendais guère à ce qu’il m’aide réellement. Je profitais plutôt du fait que tout le monde, démons, anges et Shinigamis connaissent l’inébranlable Faucheur rouge, Greil. Décrire ainsi un homme aux habits rouges apportant la mort n’autorisait aucun doute à n’importe quel connaisseur. Ne pouvant être humain ou démon, du moins d’après mes hypothèses, je m’attendais à deux réactions possible pour que je puisse déduire qui était-il. Un ange ou un Shinigami. Si c’étais le premier cas, je m’amuserais avec lui, quitte à se lancer dans un petit combat. Si le deuxième cas s’offrait à moi, peut-être bien que je montrerais ma vraie nature. Cela dépendait de ce que j’aspirerais pour sa personne quand je l’aurais mis à découvert. Pour le moment, je n’étais qu’à ses yeux qu’un enfant chétif et en peine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 186
Date d'inscription : 21/05/2011
Localisation : dans l'ombre.

Feuille de personnage
Vos Relations:

MessageSujet: Re: [Deux shinigamis : coïncidence?] (PV :Nate River et Yume Niru)   Lun 22 Aoû - 20:26

Nate sentait une présence. Une présence étrange. Ce n’était pas un humain, ni un ange, ni un démon…
Il regardait toujours la tombe, cherchant d’où il connaissait ce nom si familier. La présence s’éloignait alors qu’en avait-il à faire ? Elle devait l’avoir remarqué aussi. D’un seul coup, il senti la personne se rapprocher. Il n’avait même pas besoin de le sentir, la personne était si bruyante que Nate l’entendait de l’autre côté du cimetière. Sans se retourner, sans prêter attention à cette présence, il attendit que quelque chose se passe. Le bruit que l’âme faisait été tellement bruyant que cela irritait Nate.
Un jeune garçon, aux cheveux ébouriffés, un peu sale, tomba devant lui. Nate fut surpris. Il s’attendait à quelqu’un de plus grand. Puis le garçon s’agrippa à son bras, tenant sa chemise. Son corps tremblant de peur, il paraissait si faible…
Non. Ce n’était certainement pas un humain.

« Monsieur… Monsieur ! Je vous en prie, aidez- moi… Maman… Papa… Un homme aux couleurs rouges les as tués ! Je vous l’jure !.... S’il vous plait, aidez- moi ! Qui que vous soyez ! »

Nate eut un rictus sadique. Ce garçon avait l’air si maladroit, si naïf.
*Règle n°1 : Ne pas se fier aux apparences.*

D’un geste il se dégagea le bras, d’un autre, sa chemise. Il recula un peu pour mieux pouvoir examiner le garçon.
Assez petit, un œil couvert d’un bandage. Ses cheveux, court, était brun foncé. Il devait avoir 15 ans, peut-être un peu moins. Il était fin, d’une apparence assez efféminé. Quoiqu’il fasse ici, il n’avait l’air d’être en état de pouvoir se battre contre lui. Amusons nous un peu dans ce cas.

La nuit se levait, laissant apparaitre quelques étoiles ainsi que la lune dans le ciel pollué. Les tombes dans la brume épaisse ne paraissaient que plus effrayantes. Nate sourit de pleines dents, quelle belle nuit pour tuer. Il fît glisser le fourreau de son katana entre ses doigts, s’amusant à rendre l’ambiance encore un peu plus lourde.

Le gamin était drôlement bon acteur. Peut-être qu’il disait vrai. Même les non-humains ont des parents. Et ce ne serait pas la première fois que Grell tuait pour le plaisir.
Il regarda le garçon longuement. Non, c’était juste un très bon comédien. Misons là-dessus.

« Écoute-moi bien gamin. Je ne sais pas ce que tu fais ici, mais de toutes évidences, tu n’es pas là pour trouver de l’aide. Un enfant qui vient de voir ses parents se faire assassiné sous ses yeux ne court pas chercher de l’aide dans un cimetière la nuit, crois-en mon expérience. »

Sa voix douce et grave résonnait parmi les tombes. Les mots, si peu soutenu, était comme une mélodie calme que Nate avait chanté. Il avait prononcé sa phrase si doucement qu’il ne savait même pas si le jeune garçon l’avait entendu. Sans doute.
Il voulut prendre un sourire naïf, mais seul son côté sadique ressorti et son sourire devinait une pointe d’ironie ainsi qu’une certaine impatiente.
Il tourna vivement la tête vers la gauche comme pour montrer à la personne devant lui qu’il attendait une explication.
Nate était plutôt du genre lent et douloureux. Il aimait voir les gens souffrir, les faire mourir à petit feux. Il n’allait pas aller trop vite, dégainer son arme, se battre, le tuer… Il allait attendre. Attendre que le garçon se fasse de faux espoirs. Puis alors, quand il aura confiance en lui, il pourra peut-être dégainer.
* Attend. N’allons pas trop vite en besogne mon p’tit Nate. Tu ne pourras sans doute pas le tuer, ça te causeras pas mal de soucis. Tu ne pourras que te battre. Rien de plus.*

Se battre contre un gosse, ce sera la première fois.
Ça risque d’être drôle.

_________________
« Sais-tu où est le véritable enfer ?
Dans ma tête. »


Spoiler:
 




Aimer un mortel, c'est aimer jusqu’à la mort.
Aimer un ange, c'est aimer à jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 45
Date d'inscription : 11/08/2011
Age : 21
Localisation : Retourne toi.

MessageSujet: Re: [Deux shinigamis : coïncidence?] (PV :Nate River et Yume Niru)   Lun 22 Aoû - 22:07

Intelligent. C’est avec plaisir qu’en un clin d’œil, je découvrais sa personnalité. Pas besoin de grand chose pour attiser les flammes d’un Shinigami. Si fou soient-ils, les dieux de la mort se laisse facilement aller lors d’un événement atrocement triste pour un simple humain. Il cachait atrocement mal ce qu’il était en réalité. Mais je ne doutais point que cela fut volontaire. Le trahi de suite son sourire sadique qui dessina une demi-lune sur son visage jeune. Un ange n’aurait certainement point réagi comme ceci. Il aurait d’abord cherché à connaître la peine du petit garçon que je lui présentais, je ne doutais pas en mes talents de comédien. Rien ni personne ne pouvait me contredire de ce côté-là. Ma tête d’ange se fixa, même les larmes que j’avais volontairement fait couler s’arrêtèrent tandis que mes réflexions voyageaient dans mon esprit plus vite qu’un étalon lancé au grand galop. C’était bel et bien de la poussière que je laissais derrière moi tel un pistolet à plomb fumant après avoir tué sa victime. Je n’avais certes point tué la mienne, mais je l’avais percé à jour.

Astucieux. C’est avec le plus grand désarroi que je me rendis compte qu’il ne tarda pas non plus à deviner que je n’étais pas qu’un simple petit garçon. Ses yeux feignaient un sadisme parfait, mais je sentais plus de l’amusement dans ses battements de cœur. Il se dégagea de moi sans guère forcer, il n’en avait point besoin après tout. Comme il ne dégaina pas, je me laissa trébucher en arrière et feindre de me raccrocher à la pierre tombale. Bien que je sache d’emblé qu’il ne tarderais pas à deviner le lien qui nous liait lui et moi en tant que Shinigami, je continuais de jouer le jeu. Quoi de plus faible que de battre en retraite dès maintenant ? Je le regardait, avec une fausse peur qui pouvait se lire uniquement dans mes tremblements, dégainer tendrement et doucement son épée. Mais je ne pensais pas qu’il serait assez stupide pour décocher complètement son épée si lentement sans attendre une réaction violente de ma part avant même qu’il ait pu faire apparaître la pointe de la lame. Je me recroquevillais alors sur moi-même. Mais il n’y prêta point attention et avec une voix douce et légère, il déclara, sans ambages :

« Écoute-moi bien gamin. Je ne sais pas ce que tu fais ici, mais de toutes évidences, tu n’es pas là pour trouver de l’aide. Un enfant qui vient de voir ses parents se faire assassiner sous ses yeux ne court pas chercher de l’aide dans un cimetière la nuit, crois-en mon expérience. »

Je fus assez content qu’il tire la même conclusion que moi sur le fait qu’aucun humain n’oserait s’aventurer ici par une nuit si sombre après un évènement si triste. Ils étaient bien trop stupides et si peureux d’esprit pour en être capable. C’est cependant avec amertume que je me rendis compte à quel point son jeu était léger. On aurait dit un voleur masqué retirer avec la plus grande indifférence le masque qui le cachait de la justice. Heureusement pour lui, je n’étais pas la justice, j’étais pire. J’étais un dieu de la mort, tout comme lui. Il n’était plus question de faiblesse à présent si je me m’étais à découvert. Puisque, dans ce cimetière, même les morts n’ignoraient point l’identité de nos deux personnes. Les dernières larmes perlèrent sur mes joues rougies. Mon visage que je savais irrésistiblement craquant se cassait en morceaux quand mes lèvres tremblèrent. Comme si, d’un instant à l’autre, j’allais crier toute la peine qui remplissait mon mensonge, je m’avançais vers lui, titubant tel un barbare blessé. Je décrochais d’un geste discret ma ceinture. Diable ! Je vous rassure, mes bas tenaient toujours. Ce n’était pas vraiment une ceinture mais mon ruban bleu. Mon unique arme. Impossible de la couper, miraculeux d’échapper à son tranchant.

Je fis mine de trébucher et de tomber sur lui telle une loque, mais avant même que ma tête puisse heurter son torse, en quelques gestes, je passais mon ruban bleu au-dessus de son visage blanc et jeune. Mon arme s’enroula, tel un filet de jument, sur sa nuque. Je pris garde à ne le toucher que légèrement. D’une, pour qu’il ne prenne pas cela pour une attaque et de deux, parce que je ne pensais point tuer un homme de ma race, si cela fut possible. Je redressais si vivement la tête, mes deux mains accrochées aux pendants du ruban, que les herbes folles que j’avais soigneusement placées dans mes cheveux sombres s’envolèrent et allèrent cacher le nom de la défunte femme qui l’avait tant intéressé. Un regard à présent dur se posa sur les prunelles sombres des yeux de l’inconnu, qui ne l’était plus tant que ça à présent. C’est avec plaisir que je m’approchais doucement de son oreille en glissant une main ferme sur le pommeau de son épée prise aux pièges. Je ne feignais plus une faiblesse quelconque, nos poignes étaient même à présent. S’il était rempli de muscles et de graisses, il ne me manquait que la graisse pour avoir la même allure que lui. Ce n’est point parce que je me trouvais près de son oreille que je fis l’effort de parler doucement. Je peinais déjà assez à me tenir sur la pointe des pieds. Ma voix se fit donc calme, mais pas pour autant basse.

« Tu te dévoiles trop facilement… Shi-ni-ga-mi. »

Toute mon attention était portée sur lui, du moins, c’est ce que je pensais. Même ses battements de cœur étaient pour moi une lecture limpide. Chaque traction de ses muscles ne m’étais pas inconnu. Je m’autorisais à réfléchir à mes dernières paroles. En fin de compte, on aurait pu en dire autant de moi. Je laissais cela de côté. S’il pensais la même chose que moi, il ne tarderait pas à se manifester et tant pis pour mon imprudence. Elle avait été volontaire, après tout. Depuis le temps que je n’avais pas croisé de dieux de la mort en dehors de mes maîtres Shinigamis. J’humais soudainement l’air pour profiter de cet instant, le fait d’avoir quelqu’un comme nous dans une situation inattendue et pourtant dans un décor parfait me laissait le baume au cœur. Mon flair détecta malheureusement le sang du Shinigami qui coulait de sa fine blessure à la nuque. Cette dernière ne devait que le piquer légèrement, au pire, la démanger. La simple goutte qui tomba puis glissa le long de mon pouce suffit à me déconcentrer quelques dangereuses secondes. Je me rappelais la nuit néfaste où j’avais changé si soudainement, le premier jour où j’avais accepté l’âme qui ruinait mon corps, la première fois que j’avais tué de mes propres mains. Diable, que je m’aimais.

L’image innocente de mon jeu avait été parfait pour mon corps chétif, mais à présent le regard perdu et sérieux que je lui offrait cassait avec spectacle garanti l’image que l’on s’étais cru de moi. Mais je pense que, à ce moment précis, le Shinigami s’en contre fichais, je lui offrait quelques instants de déconcentration, c’était un cadeau à saisir pour se manifester d’une quelconque façon. J’en avais conscience, mais les souvenirs néfastes qui refoulaient en moi me faisaient frissonner de tant de plaisir que je n’osais lâcher prise. Qu’y pouvais-je ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 186
Date d'inscription : 21/05/2011
Localisation : dans l'ombre.

Feuille de personnage
Vos Relations:

MessageSujet: Re: [Deux shinigamis : coïncidence?] (PV :Nate River et Yume Niru)   Mar 23 Aoû - 19:03

Le long ruban bleu azur le faisait légèrement saigner. Ce n’était certainement pas un ruban de soie. Le sang rouge de Nate ne le dérangeait pas, ni même la douleur que le ruban lui procurait. Seul ce morveux commençait à sérieusement à l’énerver. Il était insupportable, à faire tous ces gestes inutiles. Il allait obliger Nate à dégainer trop tôt et quel ennui de battre un adversaire hystérique.
Quel petit impatient.
Le gamin se souleva sur la pointe des pieds, suffisamment pour pouvoir approcher sa tête de son oreille ce qui le rendait encore plus ridicule.

« Tu te dévoiles trop facilement… Shi-ni-ga-mi. »

Le sourire de Nate se figea. Nate détestait être jugé. Même ses maitres et ses supérieurs avait toujours eu du mal à dire ce qu’il pensait de lui et Nate à toujours eu du mal à se faire aux critiques. Mais quand ces critiques étaient dites par un morveux dans son genre…

Il garda tout de même son calme. Le garçon l’observait, Nate avait l’impression que ses moindres gestes étaient contrôlés. Il aurait sans doute put dégager le garçon mais il resta immobile, contrôlant sa respiration. Le gamin devait à tout prit croire qu’il avait une chance.

Le sourire de Nate s’agrandit, attendant le bon moment. Qu'est-ce que son adversaire comptait faire ? Après tout, il était jeune mais sans doute pas stupide.
Les yeux du garçon s’éclaircit, sa respiration changeait. Il avait l’air complétement désorienté. Il était déconcentré.
Quel dommage, c’est tellement bête, il avait pourtant l’air parfaitement sûr de lui.

« Mais je ne me dévoile pas, gamin, je n’ai jamais caché ce que j’étais. »

Nate leva son pied machinalement et donna un coup dans les jambes de son adversaire. Celui-ci, qui tenait jusqu’à présent en équilibre sur la pointe des pieds tomba, resserrant, dans sa chute, le ruban. Nate put sortir son katana entièrement et, pointant sa lame vers le gamin, susurra un sourire aux lèvres :

« Et toi morveux, je suis curieux de savoir si tu as peur de tuer. »

Il suffisait de lire dans les yeux du gamin pour savoir qu’il était prêt à tuer n’importe qui pour survivre. Pendant une seconde, Nate crut se voir dans les yeux du petit. Ils n’étaient pas si diffèrent finalement. Sans s’en rendre compte, Nate eut un petit sourire de compassion vite caché par un sourire satanique.
Nate s’était décidé, il allait tester la peur du gamin. Quoiqu’il arrive, il ne voulait pas le tuer mais lui faire croire qu’il allait le faire.
Il entreprit alors une mise en scène parfaite.
Tous les moutons qui aurait suivi leurs instincts et auraient coupé le ruban. Nate n’était pas de ceux là. Le ruban était tendu entre son cou et la main de son possesseur.
Parfait.
Nate tendit son bras et se fit plusieurs entailles dans le bras avec le côté tranchant du ruban. Puis, quand il jugea en avoir suffisamment, il prit son katana par la lame et la colla contre sa joue. La lame était froide et reflétait le ciel obscur. Il senti son sang couler jusque dans son cou. Il enleva alors son sabre pour y poser la pointe sur le bras de son adversaire.

*Il doit se demander ce qu’il se passe.*

Il regarda droit dans les yeux son adversaire encore à terre et dit doucement

« Maintenant, si tu aurais l’amabilité d’enlever ton joujou de mon cou… »

Nate aurait pu lui trancher tout simplement le bras mais encore une fois, il ne voulait pas se précipiter. Si le gamin se soumet à ce genre de chantage, alors il sera à sa merci. Nate allait pouvoir s’amuser.
Il regarda les entailles sur son bras, sans oublier de porter l’attention sur le morveux.

Nate avait décidé de faire croire au gosse qu’il allait le tuer, il y allait jusqu’au bout. Faire des entailles sur son bras…. C’est ce qu’il aurait fait si il voulait faire passer un meurtre pour du self-défense. En effet, tuer quelqu’un était possible si la personne avait essayé de le tuer d’abord mais pour le prouver, il fallait avoir des coups et des marques sur le corps. Simple mais efficace.

La nuit était tombée. Nate attendait que son adversaire réagisse, le sabre toujours poser sur son avant-bras, son sang tombant goutte à goutte sur l’herbe humide.

_________________
« Sais-tu où est le véritable enfer ?
Dans ma tête. »


Spoiler:
 




Aimer un mortel, c'est aimer jusqu’à la mort.
Aimer un ange, c'est aimer à jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 45
Date d'inscription : 11/08/2011
Age : 21
Localisation : Retourne toi.

MessageSujet: RE :    Mer 24 Aoû - 20:17

« Mais je ne me dévoile pas, gamin, je n’ai jamais caché ce que j’étais. »

Je sais, songeai-je, et c’est bien cela que je te reproche. Je savais qu’un jour ou l’autre, ce genre de comportement, arrogant et bien trop sûr de lui, lui porterait préjudice un jour. Je ne lui répondais cependant rien. Qu’il aille plus loin de notre enfer s’il le veut pour s’être simplement dévoilé trop vite à quelqu’un de bien plus puissant que lui. J’aspirais au plaisir en sachant qu’il ne pourrait échapper à ce genre de situation. Mais il est bien connu que qui voit la paille dans l’œil de son voisin ne remarque guère la poutre qui est dans le sien. À rester ainsi à songer autant à mon passé qu’à une future défaite de la part du Shinigami, je ne pus prévoir le coup de pied qui me lança les tibias tout en m’envoyant au sol par la seule force de mes réactions musculaires. Je ne pouvais pas résister à cette brève douleur et restais au sol le moment que cela passe. Quelques secondes après, je tentais de me relever, mais l’homme blanc porta son épée à mon bras. C’est dans une attitude hautaine, le sourire en coin, qu’il me prouva jusqu’où pouvait aller son sadisme. Dans ses yeux, je pouvais lire une lueur d’amusement, dans les miens, la faible lumière d’une bougie de honte. Comment diable, moi, le shinigami assassin, pouvait-il se laisser aller à ce point pour de médiocres souvenirs ?

« Et toi morveux, je suis curieux de savoir si tu as peur de tuer. »

Je ne me préoccupais pas plus des entailles qu’il dessinait sur mon bras et de sa lame dangereusement près de mon cou que du corbeau qui s’écorcha les ailes dans le vieux saule pleureur. Mon visage était tourné, la tête basse et le regard aspirer dans le puit honteux que m’offrît ma propre personne. Ce n’est qu’après avoir purgé ma faible peine que je commençais à songer aux derniers mots de mon interlocuteur. Une des entaille qui décorait mon bras se fit plus profonde que les autres, je tournais vivement la tête vers mon adversaire, puisque c’est apparemment ainsi qu’il se présentait. Un coup de vent releva les mèches de mon front dévoilant ainsi mon grossier bandeau blanc qui cachait le trou béant qui remplaçait depuis bien des années mon œil impur. Je lui lançais alors un regard qui mélangeait haine et désespoir. Désespoir d’avoir à faire à un adversaire si superficiel. Il tentait en vain de me faire peur, j’en étais sûr. Que gagnerait-il donc à savoir si j’étais oui ou non capable de tuer ? Il connaissait ma nature, il l’avait deviné. Je baissais la tête étouffant un petit rire. Bien que les entailles, qu’il me causait, commençaient à m’agacer la chair. Quelle ironie… Un shinigami qui a peur de tuer ?

Si mon sang se déversait sur le talus d’herbe où j’étais assis, je ne manifestais aucune douleur. Au contraire, un rire fort me fit relever la tête. La bouche grande ouverte crachant ma joie et rendant la scène quelque peu ridicule. Je me calmais peu à peu, puis repris une expression confiante. Je n’avais rien à craindre, je savais de quoi j’étais capable. Mon corps chétif était bien plus agile que la grande baguette qui se trouvait devant moi. Ceci dit, il est vrai qu’étant plus fragile, mon corps acceptait moins les blessures. Mais il ne pouvait connaître mes faiblesses d’un simple coup d’œil. Tout comme moi, je ne pouvais deviner les siennes. À vrai dire je ne connaissais de lui que son arrogance et sa sûreté et il ne connaissait que de moi mon talent théâtral. Je levais ma main libre et profitais d’un second coup de vent pour lever mon bandeau. Ainsi je dévoilais non seulement un trou béant qui pourrait effrayer et déconcentrer un démon. Même moi je ne pouvais en supporter la vue devant un miroir. Je n’avais jamais soigné cette plaie et les croûtes de sang y séchaient encore. Quelques veines, qui tenaient, il y a de cela bien longtemps, mon orbite, traînaient encore dans le vide. Peu importe qu’il soit effrayé ou non, ce n’est pas ça que je recherchais de lui.

« Bouh ! Hahaha ! Tu as le sens de l’humour, Shi-ni-ga-mi. Je suis comme toi et tu le sais, ne penses-tu pas que se seraient un peu insolent de penser qu’un dieu de la mort ai peur de tuer ? »

Je lui lançais un regard interrogateur en laissant retomber mon bandeau. Dans un élan agile et rapide, je me détachais sans mal de la prise de son épée. Les entailles me lancèrent quelque peu lorsque j’utilisais mon bras pour grimper sur les épaules de l’homme blanc. Je ne fis que serrer très légèrement les dents avant d’enrouler les frêles jambes autour de son cou. Ainsi je n’étais que la proie de ses bras que je pouvais facilement détourné avec mes mains agiles. Il ne pouvait se tortiller de toutes parts où il risquerait de se rompre le cou par la même occasion. J’en profitais donc pour dérouler mon ruban de sa nuque. Feignant de lui tordre son cou fin à l’aide de mes jambes, je me retirais rapidement. Ces gestes auraient pu paraître futile à bien des gens, mais je savais que mon adversaire savait que je lui rendais simplement sa menace. Moi aussi, je pouvais faire semblant de vouloir mettre un terme à sa vie. Moi aussi, je pouvais faire peur sans jamais avoir connu ce sentiment en moi.

Je retombais sur les pieds après une petite acrobatie. Discrètement, je lançais un coup d’œil à mon bras. Les faibles entailles commençaient déjà à cicatriser. Je soupirais d’exaltation pour la simple raison d’être ce que j’étais aujourd’hui. Cette force… Mais je ne doutais point qu’il fut doté des mêmes pouvoirs que moi, aussi, je ne me laissais pas trop aller. Et fis danser d’un coup sec mon arme qui s’enroula, sans me toucher autour de moi. Avant que la longueur de mon ruban finisse par toucher le sol, je lui lâchais, sans expression dans la voix qu’une envie attirante :

« Ce n’est pas souvent que je rencontre des gens de notre race, Shi-ni-ga-mi. Jouons tous deux, si tu le veux bien. »

C’est dans une révérence adroite que je lui laissais le loisir de donner le premier coup. Cependant, je lui ajoutais une difficulté en faisant tourner mon arme autour de moi. Je la savais incassable et rapide. Une sorte de bouclier s’offrait donc à moi. Un obstacle fut offert à mon compagnon de travail. Le jeu, s’il le voulait bien, pouvait commencer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 186
Date d'inscription : 21/05/2011
Localisation : dans l'ombre.

Feuille de personnage
Vos Relations:

MessageSujet: Re: [Deux shinigamis : coïncidence?] (PV :Nate River et Yume Niru)   Jeu 25 Aoû - 11:33

Si Nate avait eu un peu plus de cœur, il aurait sans doute eu pitié du morveux qui se tenait devant lui, dévoilant son deuxième œil. Ou plutôt, ce qui avait était autrefois un œil. Comment est-ce que ce gamin pouvait encore se voir dans un miroir ? Pauvre gosse, pas étonnant qu’il soit si dérangé.
Mais Nate n’avait pas le temps d’avoir plus de cœur. Ni même de s’arrêter sur l’œil du gamin.

Le gamin se mit à faire des acrobaties, bougeant inutilement, sautant sur ses épaules, l’étranglant presque, rebondit sur le sol, fit une espèce de révérence et se mit à tournoyer son ruban autour de soi. Dans son élan il a prononcé une phrase. Nate sourit, regardant le gamin faire ses cabrioles. Ils étaient pareils, ils voulaient jouer. Ils avaient sans doute la même définition de « jouer ». Ce n’était pas un imbécile. Il savait que son adversaire ne parlait pas de jouer avec des hochets et d’autres jeux stupides et infantiles que les humains donnaient à leurs progénitures. Et justement, cela le faisait sourire. Ce gamin était nerveux, il bougeait tout le temps, il cachait son identité sans aucune raison valable et s’autorisait à pleurer devant des inconnus. Même pour jouer, Nate ne ferais jamais cela et ne se ridiculiserais jamais de la sorte, certes. Mais il avait beau le cacher, le gamin lui ressemblait terriblement. Pas physiquement mais caractéristiquement du moins.
Comme le gamin ne cessait pas de faire tourner son ruban autour de lui, Nate supposait qu’il attendait qu’il réagisse.

*Je ne vais pas lui faire se plaisir.*

Nate était bien trop sadique, il n’allait pas se plier aux désirs d’un morveux. Il pouvait le laisser tournoyer son bidule pendant toute la nuit s’il le souhaitait.
Il planta son sabre dans le sol, et s’assit par terre. Au moindre mouvement suspect du gamin, Nate était prêt à bondir sur son épée, jamais il ne laissera quelqu’un toucher à son sabre. Pas même un gosse arrogant ne l’effleurera avec son ruban. Jamais.
Il regarda le gamin, se divertissant de le voir se frustrer.

- Mon nom est Nate River, tu as du entendre parler de moi.

Il eut un petit rire d’amusement. Dévoiler qui il était entièrement à celui qui lui reprochait de justement en dire trop sur lui. Qu’elle idée original pour énerver son adversaire. Le morveux n’a aucune idée de ce qu’il l’attend s’il rentre dans ce jeu-là. Il allait devoir s’exciter un peu plus s’il voulait pouvoir battre Nate.

La brume c’était légèrement épaissit, et le noir était si dense qu’un humain n’aurait pu voir à plus d’un mètre de lui. Les shinigamis, eux, n’avaient pas ce genre de problème. Heureusement d’ailleurs parce que jouer à « qui va narguer l’autre » dans le noir était presque impossible. Nate avait envie de se battre mais il se devait de rester sur la défensive.

Il avait eu de graves problèmes avec ses supérieurs suite à l’homme qu’il avait tué sans que celui-ci soit sur la liste. Il ne pouvait pas expliquer qu’il à tuer cet homme pour protéger celle qui donne un sens à sa vie, d’autant plus que celle-ci était un ange. Difficile de trouver une excuse valable et même si Nate avait l’habitude de se faire réprimander c’était rarement pour des fautes aussi graves. Son insolence lui avait coûté beaucoup mais son respect des règles habituel avait compensé et il avait pu garder son arme. Qu’aurait il fait avec des ciseaux ?
Depuis ce jour où Nate avait dû assumer un meurtre non expliqué, il se tenait à carreaux et il n’avait aucune envie de devoir expliquer une agression envers un de ces collègues. Il devait donc être patient, attendre que l’autre se décide à commencer.
Les avant-bras sur les genoux, les jambes écartées, le regard plongées dans se souvenir douloureux. Celui dans lequel il avait failli perdre Blue Nightmare. Il avait dû faire un choix, il doit en payer le prix.
Maintenant il ne peut se permettre d’erreurs.

Nate était resté concentré sur les moindres fait et gestes de son adversaire et sans le regarder, il pouvait dire s’il s’agitait. Ce gamin n’était pas si immature, il devait peut-être avoir compris que Nate ne laisserait jamais son sabre sans protection et que même son Ruban n’allait pas pouvoir toucher ne serait-ce que le manche de son sabre.

_________________
« Sais-tu où est le véritable enfer ?
Dans ma tête. »


Spoiler:
 




Aimer un mortel, c'est aimer jusqu’à la mort.
Aimer un ange, c'est aimer à jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 45
Date d'inscription : 11/08/2011
Age : 21
Localisation : Retourne toi.

MessageSujet: RE :    Jeu 25 Aoû - 20:23

Je jetais un regard au sol. Mon oeil affichait un dégoût pur suivie d'une once de honte. Quand il me laissa seul sur scène en plein numéro, je me sentis comme plongé dans le coeur de l'océan, tout était grand et si beau et pourtant je me sentais si seul dans ce bleu azur. Ma prunelle laissait une lumière vaciller en son sein. Encore une fois, je recommençais à me souvenir de la souillure qu'était mon passé. Mais je ne me laissais pas aller. Fermant ma dernière paupière et soupirant un grand coup, je préférais mettre la faute sur le Shinigami qui se trouvait en face de moi, assis, voulant paraître las, mais les muscles et l'esprit en alerte. Cet homme avait refusé ma demande en combat alors qu'il l'avait proposé lui-même un peu plus tôt. Un sourire en coin discret et furtif se dessina sur mon visage fin. Nous jouions donc à ce petit jeu ? Aucun de nous ne commencerais la partie si c'est l'autre qui en avait décidé ainsi. A quoi bon décider de commencer un duel dans ce cas-là ? Encore une fois, je trouvais mon futur adversaire doté d'un sens ironique assez poussé. Je ne riais pas pour autant aux éclats. Cet arrogant eu la bonté de m'interrompre dans mes pensées en se présentant comme légende au sein des Shinigamis, ou du moins il en donnait l'impression. Sale ignorant. Je m'étais assez informer avant de devenir ce que je suis aujourd'hui et aucun Nate River ne me revint à l'esprit. Peut-être était-il avec moi, dans les ouvriers de fortune ? Ou même encore plus bas... Dans tout les cas, qui n'est pas Undertaker ou même Will n'a le droit de se présenter en tant que soi-disant légende.

Le silence se fit et je comptais sur ma maturité pour m'empêcher de répliquer à sa présentation désastreuse. Cela n'en valait pas la peine. Si j'avouais à ce Nate River ce que je ressentais au plus profond de moi, ça le mettrais en garde pour les prochaines fois et en aucun cas je ne voulais l'aider. Je l'observais, une fois de plus, laissant tomber dans un cercle bleu ciel mon arme autour de moi. Son esprit s'était égaré, mais ses yeux ne me quittais pas et sa main tremblait presque annonçant qu'il n'hésiterais pas à attraper sa vulgaire épée pour l'enfoncer dans ma poitrine si j'attaquais de front. Ceci dit, s'il était doté du même flair que moi, tenter de le prendre par surprise en s'aidant des autres côté ne servirait pas à grand chose non plus. Je me surpris à manigancer une attaque alors que je m'étais promis de ne pas se plier à ses volontés. Tout comme lui aux miennes. Cependant, si j'agissais, le jeu pouvait commencer, les dés seront enfin lancés et les pions avancerons. J'aspirais à cela, mais quelque chose m'en empêchait. Malgré son arrogance, il avait raison. Attaquer alors que l'un de nous proposait justement cette option était signe de défaite. Je me concentrais donc maintenant à savoir que faire pour qu'il ne gagne pas la partie avant même que celle-ci est commencée.

J'arrêtais rapidement ce tourment qui m'enivrait l'esprit. Ce n'étais que gaminerie et de toutes manières, ni moi ni Nate ne possédions l'esprit de jeu du Comte Phantomhive. C'était donc peine perdu que de s'acharner autant sur des chamailleries. Si l'un de nous n'y mettait pas fin dès maintenant, nous n'aurions jamais fini. Là était le problème quand on rencontrais quelqu'un de la même race, nous étions égaux autant en force qu'en faiblesse. C'était détestable. Mais je ne doute pas que mon compatriote de travail songe à la même chose que moi sur ce sujet-ci. Je gardais un oeil sur l'horizon tout en écoutant les moindres bruissement d'habits que pouvait produire mon adversaire. Tout en enroulant lâchement un bout de mon ruban bleu autour de mon poignet et laissant tomber l'autre extrémité au sol, je lançais un regard mi-las, mi-amusé à Nate. Un regard propre aux Shinigamis.

« Finalement... J'ai bien envie de commencer. »

Ainsi, je me pliais à ma propre volonté et non à la sienne. C'était bien inutile, mais au moins il ne pouvait m'avouer vaincu comme je ne pouvais l'approuver de sa personne. D'un geste vif, je brandis une des extrémités de mon ruban vers le ciel à l'aide de ma main gauche, le sourire aux lèvres et le baume au coeur. Sans plus attendre, une idée en tête, je me lançais en courant, le buste bas, vers le Shinigami. Je jouais des jambes pour lui éviter de déterminer trop vite ma destination. Bien que j'aille bien trop rapidement et que la distance soit bien trop courte pour qu'il puisse déterminer quoique soit quant à l'endroit où j'arrivais. Cependant, je le savais assez éveillé pour qu'il puisse réagir avant que j'arrive sur lui. Pourtant, je tentais quelque chose. Arrivé à peu près au même niveau que lui, je fis danser mon bras gauche dans un élan agile et rapide. Celui-ci vint à la rencontre de mon adversaire. Il n'était pas encore arriver à son ventre que je savais déjà que Nate l'arrêterait ou l'esquiverait.

C'est pour cela que je déroulais plus vite que prévu le ruban que j'avais lâchement enroulé autour de mon bras droit. Le moment de lancement entre ma première extrémité et de celle-ci ne se jouait qu'à quelques secondes. Ayant bouger le bras gauche en priorité, je savais qu'il se concentrerait sur le mauvais côté. Je le savais parce ç'aurait été mon erreur aussi. Il n'y eu donc que mon deuxième bout de ruban qui réussit à toucher ma victime alors que cette dernière était occupée avec le premier morceau de mon arme. C'est avec droiture que je lui agrandissais son sourire en coin en le coupant de la commissure des lèvres jusqu'à la moitié de la joue. La blessure était assez profonde pour qu'il se la supporte pendant deux petits jours. Malgré cette attaque glorieuse je restais sur mes gardes en reculant légèrement et récupérant quelque peu mes deux extrémités. L'une n'avait pas eu le temps ou la force de le toucher, mais l'autre, au contraire s'était amusée à le défigurer. Enfin... Défigurer est un grand mot. Son charme surpassais tout de même la blessure que je lui avais faîte. Peu importe, j'avais lancé une attaque le premier, je l'avais touché en premier. Je fis mine d'attendre qu'il réplique en croisant mes bras sur ma poitrine, mais je ne faisais en fin de compte pas plus que de protéger ma poitrine et le ventre pour pas qu'il ne touche mes points vitaux. Je prévoyais aussi une prochaine attaque qui se jouait sur cette position.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 186
Date d'inscription : 21/05/2011
Localisation : dans l'ombre.

Feuille de personnage
Vos Relations:

MessageSujet: Re: [Deux shinigamis : coïncidence?] (PV :Nate River et Yume Niru)   Ven 26 Aoû - 8:53

Les mots du shinigamis résonnèrent. Alors comme ça il voulait commencer ? Amusant. Qu’il commence dans ce cas. Nate ne bougea pas, ne quittant pas le ruban des yeux. D’une vitesse phénoménale digne d’un shinigamis, le garçon, dont Nate ignorait toujours le nom, courra vers lui.

* Impossible, ce morveux ne va tout de même pas m’affronter de front ? *

D’une traite, il lança une attaque de son bras gauche que Nate pu éviter facilement. Il pensait s’en sortir lorsque le gamin lança une nouvelle attaque, cette fois de son bras droit.
Une feinte.
Il eut à peine le temps d’éluder le ruban qu’il senti sa chair se fendre en deux sur sa joue droite.
Le gamin eut presque l’air fier quand il vit la joue de Nate rougir de son sang. Il rappela son ruban à l’ordre et croisa les bras, regardant ailleurs. Nate se mit à rire à gorge déployé. Le morveux avait il fait tout ça rien que pour prouver quelque chose ?
Nate ne l’admettra jamais mais il savait au fond de lui que sur ce coup, il s’était fait avoir. Mais ce n’est certainement pas une vulgaire cicatrice qui allait le faire baisser les bras. Il le savait autant que son adversaire qui semblait attendre le prochain coup. Faisons-lui plaisir. Nate se leva et prit son sabre.
Le gamin aurait dû essayer de prendre l’arme. Nate aurait eu plus de mal à le battre. Peut-être savait-il que c’était peine perdu.

« -Tu m’as déformé petit ! Félicitation. Mais je ne peux pas rester comme ceci. »

En effet Nate donnait l’air d’avoir un demi sourire. Le sourire de l’ange le nommait-ont. Qu’elle nom ironique ; jamais personne n’avait vu un ange sourire de la sorte. Il prit son katana par les deux mains et avec la pointe, ce fit la même cicatrice sur la joue gauche. Au moins, c’était symétrique, et Nate n’aurait plus à sourire pendant une semaine.
Quand il vit son reflet dans sa lame, il voulut s’étouffer de rire mais il garda son sérieux. Ses pupilles vertes étaient brillantes et pétillaient d’excitations. Ce gosse avait l’air plus fort qu’il le laissait croire.
Règle numéro 2 : Ne jamais oublier la règle numéro 1.

Il allait passer à l’attaque maintenant qu’il s’était arrangé le visage. Nate sauta sur la tombe d’Elisabeth Standford pour se donner de l’élan et sauta en l’air, la lune maintenant haute dans le ciel permettrais d’éblouir l’unique œil de son adversaire si jamais il levait la tête. Il retomba derrière ce dernier et planta son sabre dans le pied du gosse. Celui-ci évita habilement le sabre ce qui, pour une raison évidente, n’avait pas échappé à Nate. Il profita du moment de déstabilisation pour le faire tomber à terre et mettre l’épée sur la gorge du gamin.
Le tuer maintenant serait trop facile.
Il fît donc un grand sourire au morveux, un sourire qui lui arrivait littéralement jusqu’aux oreilles et lui donnait un air effrayant. Un clown effrayant pour tout dire.

Ce gamin n’était pas mauvais. Il avait un potentiel. Il regarda le gosse dans les yeux, se demandant comment il allait réagir, puis réalisant qu’il ne pouvait pas bouger au risque de se trancher la gorge, Nate écarta légèrement son sabre sur la droite, faisait saigner le cou du jeune garçon, et l’obligeant à ne pouvoir que bouger sur la gauche. Nate pourrait prévoir toutes ses attaques ce qui permettrait de contrer à temps.
Du moins, c’est ce qu’il pensait.

Jamais Nate n’avait vu quelqu’un se battre avec un ruban. Ce n’est pourtant pas les armes farfelues qui manquaient en ce bas monde : ciseaux, couteaux de cuisines, fourchettes, cuillères, cannes, ramasse-papier… Et de ce fait, Nate avait appris à contrer toutes ses sortes d’armes mais il devait encore apprendre à contrer celle-ci.
Finalement, ce jeu risque d’être plus amusant que prévu… Plus amusant et plus instructif.

_________________
« Sais-tu où est le véritable enfer ?
Dans ma tête. »


Spoiler:
 




Aimer un mortel, c'est aimer jusqu’à la mort.
Aimer un ange, c'est aimer à jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Messages : 45
Date d'inscription : 11/08/2011
Age : 21
Localisation : Retourne toi.

MessageSujet: RE :    Ven 26 Aoû - 12:41

Comme je l'avais prévu, il attaqua. Comme convenu, il était aussi imprévisible que moi. Un petit tour autour de moi et une impulsion sur une pierre tombale lui suffit pour pouvoir me plaquer au sol et entretenir une conversation avec sa lame et ma gorge. Mon erreur avait été de penser qu'il attaquerais de suite mes points vitaux et j'en avais oublié mes autres membres. Mais lui et moi le savions pourtant, ce n'était pas un combat à mort. Premièrement, nous n'en avions pas le droit puis, deuxièmement, tuer un des siens est bien trop compliqué à mon goût. Je me devais simplement jouer avec lui comme il le faisait si bien avec moi. Aussi je n'eus pas peur de la pointe de son arme quand elle tenta de me dessiner un deuxième sourire sur mon cou fétiche. Je ne réagissais pas à la blessure qui commençais quelque peu à me chatouiller, je ruminais mon erreur et songeais à tout ce que j'aurais pu entreprendre pour éviter ce coup qui, avec un réel adversaire, aurait été fatal. Quoique, j'aurais peut-être plus rapidement réagis en cas de véritable danger. Diable ! il manquait dans ce combat, une épice quelconque qui nous mette quelque peu au sérieux. Hélas, je me doutais bien qu'il était trop tôt pour user des grands moyens et se prétendre imbattable. Je ne cessais de me répéter que nous étions de force égale, que je devais faire aussi attention que si c'était contre ma propre personne avec qui je me chamaillais. Je me surpris à prendre cette situation trop au sérieux pour un début de duel, ce ne serais plus un jeu, après tout, si je ne le laissais pas me toucher, et réciproquement.

Je n'affichais donc aucune expression apparente. J'analysais la situation d'un simple coup d'oeil. Nate River me coinçais non seulement mon bras droit mais aussi ma hanche droite. Seul le côté de gauche de mon corps était libre mais il n'avait d'oeil que pour cela. Idiot. Ne savait-il donc point qu'un Shinigami était constitué de la même manière qu'un simple humain. La seule différence était l'esprit et la maturité que dégageait un dieu de la mort. Il prenait garde à mes bras. Certes, c'est après tout sur mes poignets que trônait mon ruban bleu, mais ce n'est pas parce que j'étais sans arme que je me devais de laisser tomber. Ceci dit, j'aurais pu attendre qu'il est fini de jouer avec ma gorge pour qu'il me libère de lui-même. Sinon, ce n'étais pas assez amusant pour lui. N'empêche que je relevais ma jambe droite pour lui assener un coup de pied brutal dans le dos. La douleur serait certes moins douloureuse sur un Shinigami qu'un simple humain, mais la réaction resterais la même. Il se courba donc, la tête en arrière. Diable, nos muscles aux-même pouvait nous trahir. Je risquais d'agrandir la coupure qu'il me dessinait sur la gorge pour pouvoir me libérer de son emprise.

Tout en récupérant mes jambes et en tentant d'oublier le sang qui coulait peu à peu de ma gorge, je me relevais d'un bond sans plus attendre. Je jetais un coup d'oeil à son épée. Il ne la lâcherais pas de sitôt. Même un coup violent sur le bout des doigts ne ferait pas changer son avis quant à sa poigne qui maintenait le manche de son arme. J'étouffais un petit rire, le fixant de mon seul oeil bien que la lumière de la lune n'était pas loin de m'éblouir. Juste avant que la douleur de son dos ne s'estompe, je lui attrapais avec mon ruban le cou et entreprit de l'enrouler deux fois de suite. Plus de sécurité serait la bienvenue. Les pans de mon arme servirent à maintenir, tant bien que mal, la main qui retenait son épée ainsi que le manche de cette dernière. Je gardais l'autre bout de mon ruban mortel dans la mains, au cas où il oserait m'attaquer au poing à l'aide de son bras libre. C'était une nouvelle fois à moi d'avoir la situation en main. Je me devais d'abord de le tester sur certaines choses avant de confirmer qu'il a vraiment la même force que moi. Certes, je lui en donnait déjà plus que mon petit corps, mais son agilité était moindre à côté de mon adorable personne.

Peut-être aurais-je dû l'étrangler en tirant d'un coup sec sur le pan de mon arme que je tenais aussi fermement que lui son katana ? Mais je ne voulais pas en finir avec lui. Ceci dit, j'étais fier de savoir qu'il n'était pas le seul à pouvoir me donner un coup fatal. Tel deux chat pensant que son adversaire est une souris, nous jouions ensemble l'un de l'autre. C'est le sourire aux lèvres que j'entrepris de bouger son bras qui tenait son épée à l'aide de mon ruban azur. J'aurais pu lui faire planter sa propre arme dans son coeur, mais sa frêle épaule m'intéressait d'autant plus. Il se planta donc lui même la pointe de son arme dans l'épaule contre son gré. C'est moi qui dirigeait son membre à distance à l'aide de mon ruban, aussi ne contrôlant pas non plus mon propre corps je ne puis aller plus loin à moins qu'il cède sous mon emprise.

Là commençait le test. Je donnais de grand coup sec à ma ficelle bleu pour qu'elle tente de s'enfoncer de plus en plus dans l'épaule de mon adversaire. A savoir s'il réussirais à reprendre le contrôle de son bras ou non. Si oui, c'est que je devrais compter sur mon agilité.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Deux shinigamis : coïncidence?] (PV :Nate River et Yume Niru)   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Deux shinigamis : coïncidence?] (PV :Nate River et Yume Niru)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kuroshitsuji RPG :: › It's time for adventure. ~ HRP :: « RESTONS EN PAIX » :: Les RPS-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit